Et si on arrêtait d’idolâtrer l’entrepreneur ?

Je suis tombé sur un énième article sur Les Échos qui mettait en valeur un entrepreneur et là, je me suis énervé.

Oui, je me suis vraiment énervé car ces gens ne voient que la surface du métier et surtout cela ne concerne qu’une petite fraction des entrepreneurs (on n’est pas tous des Blablacar ou des Criteo). Ces entrepreneurs à la méga réussite ne sont que le haut de l’iceberg d’un “métier” mal popularisé.

L’entrepreneur est devenu un héros et créé des hordes de gens (souvent jeunes) plein de rêves et d’illusions sur ce qu’est être entrepreneur. Et moi, je vais aujourd’hui vous dire la vérité ! Sans fard, sans limite. Vous allez savoir et connaitre votre quotidien, votre futur quotidien d’entrepreneur.

L’entrepreneur est celui qui fait tout et qui fait rien. Il fait du marketing, du management, de l’administratif, du commercial… mais il n’approfondit rien vraiment.

L’entrepreneur est le dernier à être félicité quand les choses vont bien (c’est l’équipe avant tout) et le premier à être critiqué quand les choses vont mal.

L’entrepreneur est celui qui va chercher du PQ au Franprix d’en face et qui fait la vaisselle un jeudi soir à 19h30 quand tout le monde est parti.

L’entrepreneur est celui, comme moi, qui prend le plus de risques sans être sûr un jour d’en avoir les bénéfices. J’emprunte 250 K euros avec 60 k euros en caution personnelle. J’ai dû changer mon contrat de mariage pour être sûr que ma femme ne soit pas impactée par mes choix.

L’entrepreneur est celui qui doit sans cesse se remettre en question car c’est la seule façon de progresser et de développer son entreprise, il doit aussi apprendre à lâcher prise. Il est dans la position la plus inconfortable et la plus exposée.

L’entrepreneur est celui qui est le plus critiqué en interne car c’est son rôle quoiqu’il fasse. Il est scruté, regardé en permanence et ses gestes sont analysés pour en déduire des choses. Il est simplement là pour résoudre tous les problèmes qui apparaissent.

L’entrepreneur n’est pas le 1er salaire dans sa propre boite et doit souvent négocier avec avec des intérêts divergents quand les gens réclament des augmentations alors qu’il ne sait même pas si il pourra payer les salaires le mois suivant.

L’entrepreneur est celui qui fait des nuits blanches quand, à 4h du matin, il se réveille en sursaut en se demandant si il pourra payer les gens dans la boite ou si la banque lui accordera un enième crédit ou facilité de paiement.

Oui je suis en colère car aucun article dans les journaux ne relate cette réalité du quotidien qui donnerait aussi une autre perspective aux gens qui veulent se lancer.

Devenir entrepreneur n’est pas faire la une des journaux mais une discipline du quotidien et parfois une souffrance constante. Devenir entrepreneur n’est pas un enchainement de conférences où l’on explique combien c’est cool d’avoir une entreprise mais un sacerdoce avec des intérêts souvent divergents.

S’il vous plait, les gens, réveillez-vous ! Entrepreneur est un métier passionnant mais dur et le rendre cool, c’est amener une désillusion et une amertume pour beaucoup.

Entrepreneur est une formidable machine à apprendre sur soi et sur les autres mais le prix à payer, au final, est lourd.

Alors si vous êtes à l’université ou en école de commerce ou d’ingénieur ou même une personne sans formation, lisez bien ces lignes.

Entreprendre, c’est apprendre. Mais c’est horriblement dur et le quotidien est pire que tout autre métier. Si vous faites ce choix, faites le en connaissance de cause.

Ce ne sont pas les articles dans Les Échos, Management ou Capital qui doivent vous dicter vos choix car les journalistes ne recherchent que les paillettes et le brillant sans jamais creuser.

Entreprendre, c’est une thérapie avec les risques et les avantages qui vont avec.

Source : medium.com

Laisser un commentaire